Cette semaine, les participants ont été invités à créer autour de ces thématiques :

Actualité : Jour officiel de la Journée des OVNIs, vous êtes ufologue (personne qui étudie les objets volants non identifiés), quels seraient vos preuves de l’existence indubitable des OVNIs et des êtres intelligents de l’espace ?

Évasion : Entre ciel et terre, le moustique règne, vous êtes l’un de ses compagnons. Imaginez une amitié possible avec le tyran de nos peaux.

WTF : Vous êtes sur une branche alors que vous êtes né dans l’eau, heureu.se.x ?

Thématique Evasion, Isabelle

Des joueurs de guimbarde aux
Vendeurs de volets roulants.
Des influenceuses aux
Conseillères principales d’ éducation…
Voilà chère amie
Je suis un moustique
Et je pique tout ce petit monde
Sans aucun scrupule !

Contact 1997, Vincent Riot-Sarcey

Texte court, Audrey

Je suis sur une branche, je ne sais pas ce que je ressens. Du vide, peut-être. Il faut que j’arrête de regarder en bas, ça m’aidera probablement. Je suis sur cette branche pour ressentir quelque chose, ça ne fonctionne pas. J’avais l’impression d’étouffer dans l’eau. Toujours les mêmes recoins, les mêmes choses. J’avais besoin de prendre l’air. Je veux savoir que je ne suis pas que fait pour être dans l’eau. Que ce n’est pas ma destinée. Que je suis libre de choisir qui je veux être. Que je suis libre de partir quand je veux. Je veux me prouver que je vaux quelque chose. Que je suis spécial. On me dit que je ne survivrais pas sans mon environnement habituel, je suis décidé à leur prouver le contraire à tout prix. Je ferais tout pour survivre dans un lieu qui n’est pas fait pour moi. Je ne m’arrêterais pas jusqu’à ce que je prenne mon envol. Je veux être comme un phénix et renaître de mes cendres. Tomber pour me relever encore plus haut. Atteindre les étoiles les plus éloignées et ne plus revenir. Tourner le dos à mon passé, l’oublier complètement et tout recommencer de nouveau. On me demande si je suis content d’être sur ma branche. Non, je ne le suis pas. J’ai la trouille, la grosse boule dans la gorge et l’envie de tout laisser tomber et retourner de là où je viens. Mais j’ai aussi la détermination de me prouver que je vaux quelque chose. Que je ne suis pas enfermé dans un endroit sans pouvoir rien faire et juste voir le temps passer jusqu’à ce qu’il soit trop tard pour faire quoi que ce soit. J’ai aussi cet espoir qui grandit en moi, comme un cri qui ne demande qu’à sortir. Cette force qui me pousse à aller jusqu’au bout alors que je veux tout arrêter. J’ai cette chanson en moi qui n’a pas encore été chantée. Ce livre qui s’écrit chaque jour qui passe. Et l’envie qui me pousse à agir. L’envie qui m’a guidé jusqu’à ma branche. L’envie qui guide mes pas, qui me guide moi.
Et je suis persuadé que c’est le début de quelque chose de merveilleux. Le début de la plus belle histoire que je puisse écrire. Donc, avec toutes ces émotions mélangées, je me lève de la branche, j’avance le souffle court et le nœud à l’estomac. Mes genoux tremblent et je suis assaillis de doutes. Je prends de l’élan, cours et me jette dans le vide pour prendre mon envol.

La Startup, Emmanuel

Une belle branche… ! Delphine

Du plus loin que je me souvienne, mon milieu de naissance est le milieu aquatique.
Oui, je suis née dans l’eau au plus profond d’un paisible lac perdu au milieu de nul part. Un endroit unique qui avait son charme, un paysage atypique dira-t-on ! Très vite j’ai grandi, trop vite peut-être et j’ai nagé loin, très loin, trop loin ?…. du mieux que j’ai pu, avec force et ténacité, une dextérité de mouvements incomparables, à la façon d’un têtard… comme j’ai pu, j’ai mué, moi aussi, m’envolant vers d’autres horizons celui, du milieu terrestre… escaladant cette branche, non pas sans difficulté, je me suis évadée un peu trop loin tout à l’extrémité. Ce ne fut pas sans risques ! Depuis, je harpente ses délicieux reliefs escarpés à la manière d’un funambule, agile et léger comme l’air… j’aime cette difficulté et cet équilibre instable que je ne quitterais pour rien au monde. Je m’agrippe, fragile, je vacille mais toujours je rebondis !
Cet arbre qui n’en compte pas qu’une seule, mais plusieurs m’a accueilli du mieux qu’il a pu, me protégeant des prédateurs. Cette branche est mon refuge et je ne regrette rien. Parfois, la sécheresse, l’aridité sont difficiles à vivre mais on s’habitue tant je suis heureuse maintenant. Les branches ont respecté ma façon de vivre et je m’adapte sans cesse à elles. Parfois je m’aventure, j’ose, je joue et je regarde avec douceur cette eau limpide dans laquelle j’aime me contempler un peu comme Narcisse.
Je n’oublierais cependant jamais, mes origines, l’eau, ce miroir aux reflets chatoyants qui me procurait tant de douceurs.
Je peux aujourd’hui affirmer que je nage dans le Bonheur.

Sitting on the branch above the water, Vincent Riot-Sarcey

A la hauteur, Fish and bad dream

Je suis Poisson, la mère m’a dit que sur une branche on voit plus loin, plus haut ; et que le but de la vie est d’avoir cette vision sur le monde hors de l’eau.

J’étais dans cet océan qui meurt. Dans mes souvenirs les coraux mais aussi les prédateurs. Vais-je réussir à survivre ?

À vivre dehors, hors de ma zone de confort. Je vois les autres poissons à terre, il n’est pas aisé de tenir l’équilibre sur ces branches. Toutes les tentatives de mes frères…

Je ne respire pas, j’ai appris l’apnée comme moyen de survie. Seule manière d’exister parmi les sans nageoires, les sans mémoires. J’aspire à correspondre, à me noyer dans la masse des poissons op.pressés. Mais la vie est celle qui se présente à nous, le sourire amer sous un masque de chair, nous qui ne brassons que de l’air.

Cela est un jour écrit, le lendemain parti…

Aujourd’hui je vois tout ce magnifique territoire à parcourir ! Du regard jusqu’au cimes, de la racine jusqu’au ciel ! Quelle âpre vérité : je ne sais mais je vais y aller.

Mon ami le moustique, MFB


Tout à commencer par un accident. Je me suis brisée une aile. Alors, depuis ce jour, je suis dans l’incapacité de voler. Et, par conséquent de me nourrir. C’est dramatique pour moi. C’est alors que j’ai découvert que j’avais un don. Je siffle. Le son de mon sifflement est très doux.
Alors je me suis mise à siffler tant que j’ai pu.

JOJO, le moustique sensible et curieux a été attiré par mon doux sifflement. Avec bienveillance, il m’a proposé de m’aider. Comme j’adore les fruits sucrés, il m’en apporte 3 fois par jour. Ainsi, il m’a sauvé la vie.

JOJO est aussi très intelligent. Pour que je ne me sente pas seule, JOJO s’est mis a mangé des fruits sucrés avec moi. Ca me rend heureuse. Il me tient compagnie. Mais plus encore, il m’a demandé si on pouvait être ami. Bien entendu j’ai accepté. Quel cadeau !

Plus le temps passe, plus JOJO est à mes côtés. Et, tout à coup, JOJO a pris la sage décision de ne plus jamais piquer un seul humain mais de devenir végétarien.

NOUS VIVONS EN PAIX ET NOUS SOMMES HEUREUX, MÊME AVEC UNE SEULE AILE.

La Boom, Vincent Riot-Sarcey

Thématique Libre, Pepsi


Toi qui es si loin,
Et qui très fort me manque,
Tu es le meilleur des Humains,
Je pleure chaque jour ton départ.

Toi qui es si loin,
Je t’attends dans ta chambre,
Je suis si triste sans toi,
J’aurais aimé que tu ne partes pas sans moi.

Toi qui es si loin,
Quand reviendras-tu ?
Penses-tu parfois à moi ?
Et si tu reviens m’aimeras-tu ?

Toi qui es si loin,
Je ne suis qu’un pauvre animal,
Un souci de plus ou de moins,
Je voulais te dire que j’ai mal…

Toi qui es si loin,
Souviens-toi que je t’aime,
S’il te plaît prends soin de moi,
Ne me laisse plus jamais seul !

La punaise, Vincent Riot-Sarcey

Thématique WTF, Emmanuel

Menu